Astuces pour créer une haie sauvage

15 février 2020 créer une haie sauvage

La haie est utilisée non seulement pour limiter naturellement deux parcelles, mais aussi pour jouer quelques rôles particuliers. Elle peut, par exemple, être utilisée pour son effet coupe-vent et son rôle de fixateur des terres pour atténuer l’érosion. La haie peut aussi servir en tant qu’un abri pour le bétail, une transition pour les milieux forestiers et agricoles, un refuge pour la faune sauvage ou encore pour régénérer l’humus. Comment créer une haie sauvage ?

Choisir les plantes à mettre en place

Pour créer une haie sauvage, vous devez tout d’abord oublier les conifères et les thuyas monotones. Vous pouvez mettre une haie faite avec un mélange d’espèces pour bénéficier d’une grande diversité de feuillages, de fleurs et de fruits. Posez des plantes de différentes tailles comme des arbres, des arbustes et des buissons. Cela permet de varier les espèces sur une même surface, donc la haie sera plus touffue. Vous pouvez les disposer par petit groupe de 4 à 5 pieds, sauf les grands arbres, pour permettre une bonne implantation.
Sachez que cette diversité de plantes permettra à la haie de résister face aux maladies tout en offrant un meilleur équilibre biologique. Effectivement, les plantes se mettent en concurrence, car certaines espèces se développent plus rapidement que d’autres. Plus tard, vous y trouverez des insectes qui y trouveront du refuge, des oiseaux qui viennent se nourrir ainsi que des champignons, des mousses et des lichens qui s’y développeront.
En outre, vous devez considérer le type de sol et l’ensoleillement du lieu de plantation avant de choisir les espèces que vous souhaitez planter pour créer une haie sauvage. Dans ce cas, utilisez des arbres ainsi que des arbustes indigènes de votre région. Cela offre, en effet, des ressources alimentaires pour la faune sauvage.

Haie taillée et haie libre : que sélectionner ?

Si vous souhaitez que les plantes offrent une meilleure floraison et une fructification des plants, une haie libre s’avère être idéale. En effet, il s’agit d’un alignement d’arbuste, dont la croissance ne se limite que par un élagage occasionnel. Par contre, une haie taillée permet un espace plus esthétique, car on maintient les plantes à un volume bien déterminé. Pour ce faire, l’hiver suivant la plantation, couper l’arbre ou l’arbuste près du niveau du sol pour qu’ils puissent pousser sous le point de taille. Avec cela, les plantes seront plus denses à la base. Sachez que cette opération doit être répétée en moyenne deux fois par an.
Cependant, évitez d’effectuer cette opération en avril ou en début juillet, car à ce moment-là, de nombreuses espèces d’oiseaux peuvent y nicher. En outre, il faut noter qu’une haie taillée se plante dans la plupart du temps sur un seul rang. Ici, les plants sont espacés d’au moins 50 cm. Par contre, les autres espèces peuvent être plantées sur un ou plusieurs rangs et plantes écartés de 1 m. Pour déterminer cette distance, il faut prendre en compte le volume de l’arbre à l’âge adulte.
En outre, vous devez impérativement couvrir le sol avec des broyats de branches et des écorces pour éviter la pousse des plantes herbacées tout en accélérant la croissance de la haie.